Retraite : Ma nouvelle vie commence ici
retraite par quoi commencer

Actualité

Plan Epargne Retraite Individuel assurance ou compte-titres : quelle version choisir ?

Il existe deux versions du Plan d’Epargne Individuel (PERin) : la formule « assurance » et la formule « compte-titres ». Ces deux contrats diffèrent d’un point de vue financier. Il est alors important de comprendre les deux formules pour mieux choisir.

Le PERin « assurance » : quels avantages ?

Le Plan d'Épargne Retraite Individuel « assurance » a conservé en cas de décès les avantages fiscaux de l’assurance vie. C'est donc un contrat qui vous permet non seulement de vous constituer un complément de revenu en vue de votre retraite, mais également de transmettre votre épargne à un ou plusieurs bénéficiaires de votre choix, quel que soit votre lien de parenté. À la différence du Plan Épargne Retraite « compte-titres », le PERin « assurance » vous permet de bénéficier d’un abattement fiscal sur les sommes qui seront transmises à votre décès aux bénéficiaires que vous avez choisi.

Avec le Plan Épargne Retraite Individuel « assurance », vous pouvez choisir d’investir sur différents supports en unités de compte, ainsi que sur le fonds en euros. Cela vous permet de bénéficier d’une gestion diversifiée et plus dynamique de votre argent en vue de l’horizon de placement à long terme : la retraite. 

Le PERin « compte-titres » : quelles différences avec le PERin « assurance » ?

Le Plan d'Épargne Retraite « compte-titres » est un placement généralement utilisé par les personnes qui veulent ou ont l’habitude d’investir en Bourse. Ainsi, il vous permet d’investir sur plusieurs types de supports financiers : SICAV, Fonds Communs de Placement (FCP) ou Fonds Communs de Placement d’Entreprise (FCPE). Le fonds en euros n’existe pas au sein d’un PERin compte-titres, avec un risque de perte en capital.

Par ailleurs, en cas de décès, le capital acquis dans le cadre d’un PERin « compte-titres » sera inclus dans l’actif de votre succession. Cela signifie qu’il sera transmis à vos héritiers (conjoint, enfants) selon les règles qui régissent les successions. Vous n’aurez pas le choix des bénéficiaires.